Soirée Betty Markusfeld : émouvante

La Halle ronde : une salle de projection inattendue
et qui fonctionne plutôt bien.... -
Cliquez sur l'image pour en voir plus...
Halle ronde de Givry, jeudi 7 juin - C'est devant un public nombreux et particulièrement attentif que Martine Bouquin a présenté l'émouvante vidéo Betty Markusfeld dont elle est l'auteur.
Elle raconte la patiente enquête, presque policière, à laquelle elle s'est livrée pour retrouver les contours de la petite sœur de sa maman, évanouie dans la déportation.
En 1942, quelques jours après l'obtention de son diplôme d'esthéticienne on l'imagine marcher avec une amie : elles sont jeunes, vives, probablement pleines de confiance dans l'avenir et elles sont arrêtées par la police française, parce que Betty ne portait pas l'étoile jaune assignée aux juifs et parce que l'autre jeune fille était son amie.
Betty et son amie sont incarcérées aux Tourelles, cette ancienne caserne située dans le 20e arrondissement de Paris en même temps que Dora Bruder disparue elle aussi en déportation et devenue un récit éponyme de Patrick Modiano. Au fil de ses recherches, l'auteur retrouve le nom de Dora sur un registre qui contient aussi le nom de Betty... Bientôt Betty est transférée à Drancy dans l'étonnante cité jardin détournée par les autorités françaises pour en faire une zone de transit vers les camps de la mort. A ce moment là, il y avait encore de l'espoir, il y avait même parfois de la joie entre ces murs en béton gris peints par Jane Lévy...
Le public est sorti de cette projection un peu groggy et il a fallu plusieurs questions adressées à Martine pour qu'il sorte de sa torpeur et passe au verre de l'amitié, heureux d'avoir suivi ce récit, pudique et envoûtant.
Enregistrer un commentaire