Haïti à la Halle ronde, collection Anne-Marie et Olivier Metellus

Tableau d'Harold Saint Jean
Il y a comme un supplément d'âme à la Halle ronde depuis qu'Anne-Marie et Olivier Metellus y présentent leur collection d’œuvres d'artistes haïtiens. Il y a tout d'abord, des peintures, principalement des scènes de genre aux personnages multiples dans des ambiances colorées et lumineuses. Elles sont l'expression d'un art traditionnel, naïf. Elles sont anciennes ou contemporaines. Elles sont parfois l'oeuvre d'artistes connus internationalement comme Saint-Louis Blaise et Hervé Télémaque. Il y a aussi des sculptures sur bois, sur cuir ou en papier mâché, personnages, masques et objets du quotidien. De multiples autres techniques sont représentées, métal découpé, broderies de perles, bas reliefs sur bois...

Émerveillé par la production picturale haïtienne, ​André ​Malraux s'interrogeait sur l'origine de cette créativité : « Les toiles d'Haïti nous posent une énigme. Car l'Afrique qui les inspire ​() n'a pas de peinture. Mais, il est vrai aussi que le chant noir qui a bouleversé le monde, le blues, lui non plus n'est pas né en Afrique, mais de la complainte des esclaves. Pourquoi la couleur surgit-elle, tout à coup, en Haïti plutôt qu'en toute autre île des Antilles ? ».

A propos de la peinture naïve, particulièrement présente en Haïti, Jean​ Metellus, le père d'Olivier, poète, écrivain et neurologue renommé a écrit : "Elle représente l'une des dernières ruses de l'homme pour s'exprimer sans nommer, simplement en montrant, en évoquant des scènes imaginées ou lointaines comme ces enfants qui rêvent tous les soirs qu'ils mangent parce qu'ils ont dû se coucher à jeun et qui se réveillent affamés parce que le pain est cher et la vie rude.​ Voilà un peu, selon nous, le secret de la luxuriance de ce merveilleux permanent qui habite nos peintres. C'est en partie l'histoire de tous les merveilleux imaginaires qui naissent où les merveilles sont réellement interdites. En ce sens, ils jouent un rôle libérateur en faisant de l'homme, ... le meilleur remède pour l'homme.​"​

Le vernissage de cette exposition d'exception aura lieu ​vendredi 8 septembre 2017 à 18 h 30 à la Halle ronde. Marianne Mathaus et Patrick Karl accompagnés à la guitare ​interpréteront des poèmes​ de Jean-Metellus et des chants traditionnels haïtiens.

Cette exposition vous attend du 5 au 21 septembre à la Halle ronde, ouverte au public du mardi au dimanche de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 18 h 30. L'entrée est libre. Tél 03 85 41 58 82.
Enregistrer un commentaire