"Cortiambles sonne" devant un public nombreux

 Vendredi 17 juillet à partir de 22 h - Le spectacle a eu lieu sur l'arrière de l'église. Les contraintes du spectacle conjuguées aux contraintes du lieu ont dicté la disposition au mieux des spectateurs. En tout cas, grâce aux bénévoles d'A2c et de l'Asdec, et à la collaboration bienveillante du public, une ambiance estivale et détendue s'est emparée du lieu à l'occasion de Cortiambles sonne, une création de Jean-Marc Weber.
Caméra thermique ? Non, bidouillage
dans Picassa : il y avait du monde !





A 22 h 45, Cortiambles a été plongée dans le noir... Même les étoiles étaient voilées par les nuages. Une volée de cloches insistante a lancé le spectacle. Ces carillons reviendront ensuite pour ponctuer les changements de tableaux...

Jean-Marc Weber et Emmanuel Gonnet ont joué en direct leur partition, Jean-Marc pour les compositions sonores et Emmanuel pour la projection d'images qui embrassaient toute la façade arrière de l'église et jusqu'au sommet du clocher. Le spectacle était ambitieux : il s'agissait d'évoquer le cheminement de Cortiambles dans le temps, au milieu des hommes et dans l'histoire.

Lucie Donet, très expressive, avec une très belle diction mise en valeur par la sonorisation a raconté les naissances, la vie, l'épisode tragique de la peste de 1348 emblématique des drames et tourments qui ont toujours assailli l'humanité. Et pour conclure elle a dit "Les Djinns", un poème de Victor Hugo, librement détourné en "essaim de grêles" accompagnée d'un déluge sonore et de grêlons de lumière... Peut-être doit-on entrevoir dans ce dernier tableau la puissance surnaturelle de Cortiambles et plus précisément son exploit contemporain : ressusciter de la ruine et de l'anéantissement et se lancer dans une nouvelle aventure. Le surnaturel ? C'est la beauté du lieu qui implore de ne pas l'abandonner et de poursuivre le dialogue avec lui (Pas trop tiré par les cheveux ?).

Mention spéciale à Aurore Grüel, une récidiviste, car nous l'avions déjà vue à Cortiambles dans Terre Corps Bois en 2010. Sa chorégraphie a formidablement mimé, incarné et soutenu le spectacle en lui donnant mouvement et fil conducteur.

Mentionnons également les éclairages "à propos" de Jean-Jacques remplaçant au pied levé d'Olivier Irthum en déplacement au festival d'Avignon et les effets pyrotechniques de Frédéric Mutin qui ont ponctué le final.

Juliette Méténier-Dupont Maire de Givry et Sébastien Ragot représentant Sébastien Martin Président du Grand Chalon et Vice-président du Conseil général ont félicité avec chaleur les artistes.

Au global, nous avons assisté à un spectacle ambitieux et généreux joué intégralement en direct avec tous les risques de petites imperfections que cela comporte. Cortiambles se souviendra longtemps de ce très beau moment.
Jean-Claude pour A2c   
Enregistrer un commentaire