Musicaves : Marco, Polo et les autres

Domaine Besson, jeudi 30 septembre - Il y a eu tout d'abord Guo Gan, le Chinois au erhu, un violon avec une longue hampe en forme de manche à ballet. Un solo extatique, sublime avec un final qui a soulevé le public du domaine Besson. Puis Sabir Khan, l'Indien tout de blanc vêtu est venu s'asseoir à côté de Guo Gan. Avec sa vielle indienne, un sarangi, instrument antique orné d'ivoire, il nous a interprété une douce mélopée de son pays.
Il y a eu ensuite Enkhjargal Dandarvaanchig qui arrivait tout droit de Mongolie.. enfin, il était déjà sur la scène du Domaine Besson la veille... mais on aurait pu croire tellement ses beaux habits et son bonnet de peau avaient l'accent de authenticité. Chant de gorge étonnant, le höömii accompagné de morin khuur, étonnant violon dont la hampe se termine en tête de cheval ont soufflé le vent des chevauchées dans la steppe mongole.
Cette scène internationale a été rendue possible par le passeur Mathias Duplessy qui n'a pas hésité à se confronter en duo au chant höömii avec Enkhjargal. Le monde est beau.
Vous pourrez retrouver un enregistrement de Guo Gan dans In the mood for love à la Halle ronde.
Enregistrer un commentaire